Back to top

4. Étudiants

Tableaux

4.1 Effectif à temps plein et à temps partiel des collèges communautaires, 2015-2016

L’effectif collégial à temps plein est passé de 459 972 en 2005-2006 à 525 672 en 2015-2016, une légère hausse de 14 % en dix ans. Pour la même période, l’effectif à temps partiel a connu une croissance plus rapide (39 %).

4.2 Effectif à temps plein et à temps partiel des universités, 2015-2016

L’effectif universitaire à temps plein est passé de 759 030 en 2005-2006 à 1 011 882 en 2015-2016, une hausse de 30 %. Pour la même période, l’effectif à temps partiel a connu une croissance plus faible (10 %).

4.3 Taux de participation universitaire selon l'âge, 1972-2015

Le taux de participation aux études universitaires a considérablement augmenté depuis les années 1970, même compte tenu de certains facteurs, dont les effets du cycle économique sur le pourcentage de l’effectif universitaire et l’élimination en Ontario de la dernière année, connue sous le nom de Cours préuniversitaire de l’Ontario (CPO). Bien que le taux de participation ait progressé pour tous les groupes d’âge, c’est le groupe clé des plus jeunes étudiants qui a enregistré les taux de croissance les plus élevés. De 1972 à 2015, le pourcentage des étudiants de 19 ans inscrits à des programmes universitaires a presque triplé, passant de 11,3 % à 31,2 %. 

4.4 Taux de participation à l’université des 18 à 24 ans, Canada

Le taux de participation des étudiants âgés de 18 à 24 ans a augmenté progressivement tout au long des années 1990 et 2000, passant de 17,7 % en 1995 à 26,4 % en 2015.

4.5 Effectifs des universités et des collèges communautaires

L’effectif ETP universitaire a augmenté de 65 % de 1999-2000 à 2015-2016, passant de 665 098 à 1 096 281. Pour la même période, l’effectif ETP collégial a augmenté de 21 %. 

4.6 Effectif ETP des collèges communautaires par type de programme, 2015-2016

Des étudiantes et des étudiants des collèges communautaires au Canada, 38 % avaient fréquenté des établissements de l’Ontario et 35 %, des cégeps.

4.7 Effectif ETP des collèges communautaires par établissement

Ce tableau indique les changements survenus dans l’effectif étudiant ETP des collèges communautaires entre 2014-2015 et 2015-2016.

4.8 Effectif ETP des universités par type de programme, 2015-2016

En 2015-2016, 45 % des étudiantes et des étudiants au premier cycle avaient fréquenté une université établie en Ontario et 21 %, au Québec.

4.9 Effectif ETP universitaire par établissement

Le nombre d’étudiants ETP inscrits dans les universités canadiennes a légèrement augmenté de 0,6 % entre 2014-2015 et 2015-2016.

4.10 Effectif d'étudiants étrangers par type d'inscription et par type de programme

En 2015-2016, les étudiantes et les étudiants étrangers représentaient 11 % de l’effectif ETP des programmes de premier cycle, une proportion qui passait à 23 % et à 33 % respectivement aux deuxième et troisième cycles.

4.11 

L'information sera disponible sous peu.

4.12 Étudiants de 1er cycle, groupes d'équité choisis

En 2015-2016, des étudiantes et étudiants finissants, environ 3 % ont dit être autochtones, 40 %, membres d’une minorité visible et 22 %, avoir un handicap. Dans ce dernier groupe, 14 % ont déclaré avoir une incapacité liée à un problème de santé mentale.

4.13 Effectif ETP des collèges communautaires selon le domaine d'études et le sexe, 2015-2016

Les femmes représentaient la majorité de l’effectif ETP des collèges communautaires (56 %). Elles comptaient pour 22 % de l’effectif étudiant en mathématiques, informatique et sciences de l’information, et pour 80 % de l’effectif étudiant en santé et dans des disciplines connexes.

4.14 Effectif ETP au 1er cycle selon le domaine d'études et le sexe, 2015-2016

Les étudiantes de l’effectif ETP étaient majoritaires au premier cycle (57 %). 60 % de l’effectif total du premier cycle visaient les programmes de sciences humaines et environ un quart (24 %), ceux de sciences de la nature et de génie.

4.15 Effectif ETP au 2e cycle selon le domaine d'études et le sexe, 2015-2016

En 2015-2016, les étudiantes de l’effectif ETP étaient majoritaires au deuxième cycle (57 %). Elles sont minoritaires en architecture, génie et technologies connexes (29 %), mais majoritaires en éducation (75 %).

4.16 Effectif ETP au 3e cycle selon le domaine d'études et le sexe, 2015-2016

Les étudiantes de l’effectif ETP formaient 48 % des personnes qui étudiaient au troisième cycle. L’effectif ETP total est presque également réparti entre les sciences humaines, les arts et les sciences sociales (53 %) et les domaines d’études rattachés aux sciences et au génie (47 %).

4.17 Titres décernés au secondaire et au postsecondaire, 2015-2016

Ce tableau fait état du nombre de diplômés des écoles secondaires, des collèges communautaires et des universités en 2016.

4.18 Titres décernés au 1er cycle et aux études supérieures, et aux collèges communautaires, 2015-2016

Ce tableau fait état des diplômes d’études postsecondaires décernés par les collèges communautaires et les universités selon la province en 2016. 

4.19 Diplômes décernés par les collèges communautaires selon le domaine d'études et le sexe, 2015-2016 

Les femmes ont décroché 57 % des diplômes décernés par les collèges communautaires en 2016. Les femmes ont obtenu quatre diplômes d’études sur cinq en éducation (86 %), en soins de santé, parcs, récréation et conditionnement physique (82 %), en sciences sociales et comportementales et en droit (82 %), alors qu’elles ont obtenu un diplôme d’études sur sept en architecture, génie et technologies connexes (13 %), et un diplôme d’études sur quatre en mathématiques, informatique et sciences de l’information (25 %). 

4.20 Baccalauréat et autres diplômes de 1er cycle, selon le domaine d'études et le sexe, 2015-2016

En 2016, 60 % des baccalauréats et autres diplômes de 1er cycle ont été décernés à des femmes. La proportion de femmes parmi les diplômés en éducation (76 %) et en santé, parcs, récréation et conditionnement (74 %) était de trois sur quatre, comparativement à environ un sur quatre en mathématiques, informatique et sciences de l’information (26 %) et un sur cinq en architecture, génie et technologies connexes (20 %).

4.21 Diplômes de 2e cycle, selon le domaine d'études et le sexe, 2015-2016

En 2016, 57 % des maîtrises et autres diplômes de 2e cycle au Canada ont été décernés à des femmes. Les femmes diplômées des cycles supérieurs sont sous-représentées dans plusieurs domaines d’études rattachés aux sciences et à la technologie : architecture, génie et technologies connexes (29 %) et mathématiques, informatique et sciences de l’information (40%). Elles comptent pour un peu plus de la moitié des diplômés en sciences physiques et de la vie, et technologies (53 %).

4.22 Doctorats, selon le domaine d'études et le sexe, 2015-2016

En 2016, deux doctorats sur cinq (40 %) ont été décernés dans les domaines des sciences humaines et des sciences sociales. Les femmes représentaient moins de la moitié (47 %) de l’ensemble des titulaires de doctorats.

4.23 

L'information sera disponible sous peu.

4.24 Bénéficiaires de prêts d'études canadiens

Entre 1990-1991 et 2015-2016, le nombre de prêts d’études canadiens (PEC) accordés à des étudiants à temps plein a augmenté de 220 % en Ontario, de 67 % en Colombie-Britannique et de 50 % en Alberta, alors qu’il a chuté de 53 % à Terre-Neuve-et-Labrador, de 24 % en Saskatchewan, de 15 % au Manitoba et de 12 % au Nouveau-Brunswick.

4.25 Nombre de prêts d'études canadiens aux étudiants à temps plein accordés par type d’établissement

En 2015-2016, 490 000 étudiants ont reçu des prêts du Programme canadien de prêts étudiants. 59 % de ces prêts ont été versés à des étudiants d’université et 32 % à des étudiants de collèges communautaires publics. Les autres 9 % ont été accordés à des étudiants dans le cadre de programmes privés.

4.26 Prêts d’études canadiens moyens par province, 2015-2016

Au Canada, le prêt d’études canadien (PEC) moyen s’élevait à 5 579 $ en 2015-2016. Les deux tiers des étudiants bénéficiant d’un PEC fréquentaient une université de l’Ontario.

4.27 Ménages qui contribuent aux régimes enregistrés d'épargne-études (REEE) par revenu et valeur nette

Entre 1999 et 2012, le nombre de ménages canadiens cotisant au programme de la Subvention canadienne pour l’épargne-études (SCEE) a augmenté pour tous les groupes de revenus de 16 % en 1999 à 47 % en 2012. Cependant, un ménage sur quatre seulement du quintile inférieur cotise à un REEE, tandis que deux ménages sur trois du quintile supérieur le font. La valeur moyenne d’un REEE est d’un peu plus de 2 000 $ pour les ménages du quintile inférieur et de presque 16 000 $ pour ceux du quintile supérieur.

4.28 Contribution financière du gouvernement fédéral aux ménages qui contribuent aux régimes enregistrés d'épargne-études (REEE)

En 2012, le gouvernement fédéral a affecté 702 millions de dollars au programme de la Subvention canadienne pour l’épargne-études (SCEE), soit une hausse de 188 % depuis 1999. La moitié de chaque dollar investi dans les cotisations aux REEE est allée à des familles dont le revenu dépassait 90 000 $ en 2012. 

4.29 Frais de scolarité moyens, au 1er cycle

Au premier cycle, les droits de scolarité ont connu une forte hausse au cours des dernières décennies, passant, en moyenne, de 1 706 $ en 1991‑1992 à 7 086 $ en 2018‑2019, soit une augmentation de plus de 300 %. La croissance a été la plus forte en Ontario (+368 %) et la plus faible à Terre-Neuve (+87 %). C’est en Ontario que le coût moyen des études est le plus élevé au pays (8 838 $). En moyenne les droits de scolarité au premier cycle demeurent les plus bas à Terre-Neuve (2 885 $). De 2017-2018 à 2018-2019, la hausse moyenne sur douze mois des droits de scolarité a été de 3,3 % pour les étudiants canadiens de premier cycle.

4.30 Frais de scolarité moyens, aux cycles supérieurs

Aux cycles supérieurs, les droits de scolarité ont aussi connu une forte hausse au cours des dernières décennies, passant, en moyenne, de 1 819 $ en 1991‑1992 à 6 907 $ en 2018‑2019, soit une augmentation de plus de 290 %. La croissance a été la plus forte en Ontario (+402 %) et la plus faible en Saskatchewan (+69 %). C’est en Ontario également que le coût moyen des études est le plus élevé au pays (10 028 $). En moyenne les droits de scolarité aux cycles supérieurs sont les plus bas à Terre-Neuve (2 776 $). De 2017-2018 à 2018-2019, la hausse moyenne sur douze mois des droits de scolarité a été de 2,4 % pour les étudiants canadiens des cycles supérieurs.

4.31 Frais de scolarité moyens des étudiants internationaux, au 1er cycle

Les frais de scolarité moyens pour les étudiants internationaux de premier cycle s’élevaient à 27 159 $ en 2018-2019, soit une hausse de 6,3 % par rapport à 2017-2018. L’Alberta a enregistré la plus forte hausse des droits de scolarité pour les étudiants internationaux de premier cycle entre 1991-1992 et 2018-2019 (une augmentation effarante de 810 %), soit plus du double de la moyenne canadienne (+379 %).

4.32 Frais de scolarité moyens des étudiants internationaux, aux cycles supérieurs

Les droits de scolarité pour les étudiants internationaux des cycles supérieurs qui étudient au Canada ont monté en flèche ces vingt dernières années. En 1991-1992, les droits de scolarité moyens pour les étudiants internationaux des cycles supérieurs au Canada s’élevaient à 6 678 $. En 2018-2019, ces droits avaient augmenté de 143 % pour atteindre 16 497 $. Entre 1991-1992 et 2018-2019, c’est la Colombie-Britannique qui a enregistré la hausse la plus prononcée (+794 %), soit quatre fois plus que l’augmentation moyenne au Canada au cours de cette période.

4.33 Programmes universitaires de 1er cycle les plus dispendieux au Canada

Les programmes professionnels universitaires de premier cycle continuent d’être les plus dispendieux au Canada; les programmes de dentisterie de l’Université de Toronto, de l’Université de la Colombie-Britannique et de l’Université Western imposent les droits de scolarité les plus élevés, qui excèdent 39 000 $ par an. Les droits de scolarité ont augmenté en moyenne de 8 % entre 2017-2018 et 2018-2019.

4.34 Programmes universitaires de 2e cycle les plus dispendieux au Canada

Les programmes professionnels universitaires des cycles supérieurs continuent d’être les plus dispendieux au Canada; les programmes de MBA pour cadres de l’Université Queen’s, de l’Université de Toronto et de l’Université Western imposent les droits de scolarité les plus élevés, qui excèdent 110 000 $ par an.

4.35 Participation des étudiants à la population active, âgés de 20 à 29 ans 

À l’instar du taux de participation aux études postsecondaires au cours du dernier quart de siècle, le taux concomitant de participation au marché du travail des jeunes étudiants de niveau collégial et universitaire a considérablement augmenté au cours des dernières décennies. En 2017, environ la moitié (49,1 %) des étudiantes et des étudiants à temps plein âgés de 20 à 29 ans ont été actifs sur le marché du travail, à temps partiel ou à temps plein ou à la recherche d’un emploi. Sur l’ensemble des étudiants à temps plein, 6,4 % occupaient un emploi à temps plein, ce qui représente une hausse par rapport à 1997 (4,6 %), mais une légère baisse par rapport à 2007 (6,7 %).

Parmi les étudiants et étudiantes à temps plein de niveau collégial et universitaire qui travaillaient ou cherchaient un emploi en 2017, 79,8 % occupaient un emploi à temps partiel, 13,0 % un emploi à temps plein et 7,2 % étaient sans emploi.

Au cours des 20 dernières années, le nombre d’étudiants à temps plein qui travaillaient également à temps plein a doublé; il est passé de 37 800 en 1997 à 73 300 en 2017.

4.36 Proportion d’élèves âgés de 20 ans qui occupent un emploi, Canada

En 1995-1996, la proportion des étudiants de niveau collégial et universitaire âgés de 20 ans qui travaillaient était respectivement de 39 % et 47 %. Le taux de participation des étudiants et étudiantes de niveau universitaires à l’emploi à temps plein et à temps partiel a culminé à 46 % en 2000-2001, mais a depuis diminué à un taux de 38 % en 2016-2017. Chez les étudiants et étudiantes de niveau collégial âgés de 20 ans, le pourcentage a suivi une progression continue pour atteindre 56 % en 2010-2011, avant de descendre légèrement à 55 % en 2016-2017. 

4.37 Étudiants à temps plein à la vie active, âgés de 20 à 29 ans, 2016

Cliquez ici pour le deuxième fichier – Les diplômés universitaires représentent un pourcentage croissant de l’ensemble du personnel à temps plein. La proportion d’emplois à temps plein chez les titulaires d’un grade de premier cycle et ceux d’un grade supérieur a progressé de façon soutenue de 2000 à 2018. La proportion des titulaires d’un baccalauréat est passée de 15,6 % à 25,0 % de 2000 à 2018, tandis que celle des titulaires d’un diplôme supérieur à un baccalauréat a augmenté de 7,6 % à 11,8 %.

<== 3                                                                                                  5 ==>