Back to top

Actualités / L'UPEIFA demande de mettre fin « à la culture du secret et au manque de transparence »

Actualités / L'UPEIFA demande de mettre fin « à la culture du secret et au manque de transparence »

L’association du personnel académique de l’Université de l'Île-du-Prince-Édouard (UPEIFA) réclame plus de transparence et demande à être davantage consultée après avoir appris le départ soudain du recteur de l'Université, Alaa Abd-El-Aziz.

Invoquant des problèmes de santé, M. Abd-El-Aziz a démissionné en décembre dernier après que le conseil d’administration a lancé une enquête indépendante en raison des allégations d’« inconduite en milieu de travail » dont il faisait l’objet. En 2013, l'Université a conclu des règlements avec deux employées qui avaient déposé des plaintes de harcèlement sexuel à l'endroit de M. Abd-El-Aziz auprès de la commission des droits de la personne de la province. Malgré cela, son mandat de recteur a été renouvelé en 2015, puis à l'automne 2021.

« Notre établissement entretient une culture du secret et un manque de transparence, a déclaré Michael Arfken, président de l'UPEIFA. Cela affecte presque tout ce qui se passe sur le campus et, avec le temps, crée des situations difficiles et démoralisantes, ainsi qu’un environnement dans lequel les gens sont moins susceptibles de soulever des questions délicates. »

« Le départ d'une personne ne va pas résoudre [les problèmes] – [ils] sont ancrés dans tous les domaines de la vie universitaire et ont nui à la qualité de l'éducation à l'UPEI », a déploré M. Arfken.

Une enquête de CBC News l'automne dernier a confirmé que les règlements conclus en 2013 à la suite de plaintes déposées à la Commission des droits de la personne de l’Î.-P.-É. avaient impliqué l’utilisation d’accords de non-divulgation, en vertu desquels les employés acceptent de garder le silence sur des problèmes en échange d'une compensation.

Selon M. Arfken, l'UPEIFA fait pression pour que l'enquête de la Commission soit élargie à un examen de la gouvernance de l'Université afin que le personnel universitaire et les étudiants aient un plus grand rôle à jouer dans le processus décisionnel.

« Travailler dans un milieu où les voix sont étouffées est démoralisant », soutient M. Arfken.

« Nous enseignons aux étudiants à dire la vérité à ceux qui sont au pouvoir et à trouver leur voix. En fin de compte, nous cherchons un moyen d'aider tout le monde sur ce campus à trouver sa voix. »

En relation

/sites/default/files/styles/responsive_low_constrict/public/feb-2022-feature.png?itok=VAoUpCJL
février 2022

Soutenir les universitaires en danger

Mustafa Bahran, physicien nucléaire, s'est échappé en voiture du Yémen vers l'Arabie saoudite en... Lire la suite
février 2022

Actualités / L’opposition aux subventions de recherche menace la liberté académique en Australie

Dans une lettre ouverte publiée le mois dernier, plus de 60 universitaires australiens de renom,... Lire la suite
/sites/default/files/styles/responsive_low_constrict/public/background.infographic.png?itok=9mZOdJHO