Back to top

Actualités / Une ministre de la Colombie-Britannique quitte son conseil des ministres pour cause d’ingérence politique

Actualités / Une ministre de la Colombie-Britannique quitte son conseil des ministres pour cause d’ingérence politique

La ministre de l’Enseignement postsecondaire et des Compétences futures de la Colombie-Britannique, Selina Robinson, a démissionné le 5 février après avoir fait des commentaires sur le conflit israélo-palestinien. Plus tôt, l’ACPPU s’était jointe à la Federation of Post-Secondary Educators of British Columbia (FPSE-BC) afin de réclamer sa démission en raison de son ingérence présumée dans des questions internes de ressources humaines du collège Langara.

« L’ingérence politique dans les affaires des universités et des collèges ne doit jamais être tolérée, car elle porte atteinte à leur indépendance et à la liberté académique du personnel académique, nécessaire pour préserver, partager et faire progresser le savoir, a indiqué le directeur de l’ACPPU, David Robinson, dans une lettre au premier ministre de la Colombie-Britannique, David Eby. En intervenant publiquement et directement auprès de l’administration du Collège [...], la ministre a violé ces principes fondamentaux. »

Le collège Langara a mené une enquête interne sur les propos tenus par la professeure Natalie Knight au sujet du conflit entre Israël et Gaza lors d’une manifestation survenue le 28 octobre 2023. L’enquête interne a conclu que les commentaires de Mme Knight n’avaient pas enfreint la loi ni les politiques internes du collège.

Le 25 janvier, la ministre Selina Robinson a utilisé son compte X, anciennement connu sous le nom de Twitter, pour demander le licenciement de Natalie Knight. Dans les 24 heures qui ont suivi la publication des commentaires de la ministre, la professeure Knight a été renvoyée du collège.

En réponse à la démission de la ministre, la FPSE a indiqué que les préoccupations concernant « l’ingérence gouvernementale » ne sont pas nouvelles dans le secteur postsecondaire. La FPSE s’est dite prête à traiter de cette question avec le gouvernement.

En relation

/sites/default/files/styles/responsive_low_constrict/public/jan-feb-bulletin-sarah_laframboise.png?itok=sDMHY7tg
février 2024

Entrevue / Sarah Laframboise

Sarah Laframboise est directrice générale de l’organisation communautaire Evidence for Democracy... Lire la suite
février 2024

Lettre à la rédaction / Nous devons traiter de l’antisémitisme dans l’EDI de l’enseignement supérieur au Canada

Par Lilach Marom Spécialiste juive en éducation, je travaille sur des questions concernant... Lire la suite
février 2024

Actualités / Le plafond pour les étudiantes et étudiants étrangers est un « instrument contondant »

Le gouvernement fédéral a annoncé des modifications au programme de visa des étudiantes et des... Lire la suite