Back to top

Actualités / Controverse autour de la liberté académique à l’Université de Toronto

Actualités / Controverse autour de la liberté académique à l’Université de Toronto

[iStock.com / mdmworks]

L’Association canadienne des professeures et professeurs d’université enquête sur des allégations selon lesquelles l’Université de Toronto aurait cédé à des pressions externes afin qu’elle retire une offre d’emploi faite à une universitaire internationalement reconnue.

Au terme d’un processus de recrutement concurrentiel, Valentina Azarova avait été recommandée à l’unanimité pour le poste de directrice du programme d’études internationales sur les droits de la personne de la Faculté de droit. Mme Azarova affirme qu’on lui avait offert le poste par vidéoconférence le 11 août et qu’elle l’avait accepté la semaine suivante. Au début de septembre, un juge siégeant à la Cour canadienne de l’impôt a contacté la Faculté de droit afin de lui faire part de ses préoccupations concernant la nomination de Mme Azarova et, peu de temps après, l’offre d’emploi aurait été retirée.

« II semble que la décision d’annuler la nomination avait des motivations politiques et, à ce titre, elle constituerait une grave violation des principes largement reconnus de liberté académique », a écrit le directeur général de l’ACPPU, David Robinson, dans une lettre adressée à l’Université.

« Un établissement d’enseignement supérieur ne remplit ni ses objectifs ni sa mission s’il cède aux pressions externes ou s’il exerce le pouvoir de proscrire des idées, aussi controversées soient-elles. Cela créerait un environnement peu propice à l’échange libre et vigoureux des idées qui est nécessaire à l’enseignement et à l’apprentissage », ajoute M. Robinson.

En réponse, l’Université n’a pas nié qu’un juge de la Cour canadienne de l’impôt avait communiqué avec la Faculté afin d’exprimer ses préoccupations concernant la candidate, mais elle soutient qu’aucune offre d’emploi n’avait été faite. Les membres du comité de recrutement contestent cette affirmation et ont tous démissionné en guise de protestation.

M. Robinson affirme que l’ACPPU étudiera la question conformément à ses procédures en cas d’atteinte à la liberté académique. « Notre Comité de la liberté académique et de la permanence de l’emploi va se pencher sur cette affaire et nous discuterons à ce moment-là des mesures et des sanctions à prendre, le cas échéant », conclut-il.

En relation

/sites/default/files/styles/responsive_low_constrict/public/presidentsmessage-brendaaustinsmith_0.png?itok=lp_GfhL7
octobre, 2020

Le mot de la présidente / Se mobiliser contre le racisme systémique

Par Brenda Austin-Smith Si la race est une construction sociale, fruit de l’imagination du... Lire la suite
/sites/default/files/styles/responsive_low_constrict/public/interview-mominrahman.png?itok=qjxrOleO
octobre, 2020

Entretien / Momin Rahman

Momin Rahman est professeur de sociologie à l’Université Trent et coprésident du Comité de... Lire la suite
/sites/default/files/styles/responsive_low_constrict/public/feature_image-trc-bentwood_box.png?itok=yrDnqLFs
octobre, 2020

Autochtonisation du milieu académique / Cinq ans après la Commission de vérité et réconciliation

Le 2 juin 2015, le juge Murray Sinclair rendait public le rapport historique de la Commission de... Lire la suite