Back to top

Actualités / Naviguer en ligne sans boussole

Actualités / Naviguer en ligne sans boussole

[iStock.com / Ridofranz]

Tout est allé très vite. Un jour, les étudiants étaient en classe, le lendemain, les campus étaient fermés et les membres du personnel enseignant devaient transférer leurs cours en ligne afin que leurs étudiants puissent finir leur session. Ce véritable effort de solidarité ne peut toutefois pas devenir la nouvelle normalité, préviennent des universitaires.

« En fait, ce que nous avons réalisé, c’est assurer l’enseignement à distance en réponse à une situation d’urgence. C’est loin d’être habituel, mais ce n’est pas de l’enseignement à distance. Il nous fallait sauver les trois dernières semaines de la session et c’est précisément ce que nous avons fait », fait comprendre Ian Milligan, professeur agrégé d’histoire à l’Université de Waterloo qui offre des cours en ligne.

En règle générale, il faut compter de 12 à 18 mois de préparation, explique-t-il, pour élaborer un cours en ligne. Pour faire un travail adéquat, un professeur devrait obtenir le dégrèvement de 1 ou 2 cours pour en concevoir le contenu et le cadre pédagogique et pouvoir normalement s’adjoindre la collaboration de spécialistes de l’université tels que des techniciens informatiques.

« En raison de circonstances exceptionnelles, nos membres se sont mobilisés dans un élan de solidarité pour s’investir dans la solution. Mais nous nous opposons à la mise en place unilatérale d’un système d’enseignement en ligne, indique Caroline Quesnel, présidente de la Fédération nationale des enseignantes et des enseignants du Québec (FNEEQ), une centrale syndicale représentant 34 000 professeures et professeurs au niveau collégial et 12 000 chargées et chargés de cours dans treize universités.

Ce message fait écho à celui que l’Association canadienne des professeures et professeurs d’université (ACPPU) adresse à ses membres depuis le début. « Bien que les associations doivent faire preuve de flexibilité devant la gravité de la pandémie, elles n’en devraient pas moins négocier avec leur administration une entente concernant l’enseignement à distance, car il y a des risques d’atteinte aux droits conférés par la convention collective », prévient le directeur général de l’ACPPU, David Robinson.

« L’entente devrait préciser que toutes les mesures en réponse à la pandémie sont temporaires et sont prises dans le seul et unique but de répondre à une situation extraordinaire, ajoute-t-il. Les lettres d’entente établies relativement à cette question devraient préciser également quelles dispositions de la convention continuent de s’appliquer et lesquelles sont modifiées ou suspendues. »

Selon Stephanie Ross, directrice de l’École des relations du travail de l’Université McMaster, il nous faut aussi tenir compte du fait que la transition rapide vers l’enseignement en ligne a contribué à accroître les inégalités entre les membres du personnel académique. « Certains d’entre eux savent naviguer plus aisément que d’autres dans cet univers. C’est comme inviter des personnes dans votre maison. Le degré d’excellence et de productivité des gens varie selon le contexte social auquel ils appartiennent. »

George Veletsianos est titulaire de la Chaire de recherche du Canada sur l’apprentissage novateur et la technologie et professeur à l’École d’éducation et de technologie de l’Université Royal Roads. Pour lui, l’enseignement en ligne est en plein essor au Canada depuis des années, mais ce que le milieu académique a vécu à la mi-mars est dramatique et la transition a été abrupte et difficile pour beaucoup de personnes.

« Ce fut non seulement un changement énorme sur le plan professionnel, mais aussi un profond bouleversement de la routine quotidienne des gens. De nombreux membres du personnel enseignant ont vécu la situation avec un sentiment de chagrin et de perte », souligne le professeur Veletsianos. Aux États-Unis, ajoute-t-il, un grand nombre des enseignants sondés ont décrit comment, outre le fait de devoir faire preuve de davantage de flexibilité, ils ont dû modérer leurs attentes envers les étudiants et, par conséquent, exiger moins de travaux et d’examens.

L’enseignement en ligne suscite d’autre part des questions de propriété intellectuelle et d’utilisation équitable. « La prestation des course en ligne sera la norme, du moins dans l’immédiat. Dans le contexte actuel, l’utilisation équitable devrait être exceptionnellement interprétée dans son sens large. Le public peut profiter grandement de l’offre de cours en ligne », soutient Sam Trosow, professeur de droit à l’Université Western.

Cela étant, ce dernier s’inquiète à propos des plateformes et des systèmes en ligne que les universités obligent le personnel académique à utiliser pour leur enseignement. « Je ne suis pas maître de la situation et je suis contraint d’utiliser un outil que j’avais choisi de ne pas utiliser et qui a la capacité de pister ce que je fais. Je suis immensément préoccupé maintenant que nous pouvons trouver en ligne des traces de ce que nous faisons, ce qui risque de devenir une menace réelle pour la liberté académique. »

George Veletsianos estime que le corps professoral et le personnel doivent faire entendre leur opposition et se mobiliser. « Nous devons nous baser sur les travaux d’experts pour expliquer aux administrateurs les implications des technologies et des produits utilisés pour passer à l’enseignement en ligne, parce que nous les intégrons dans nos salles de classe. »

En relation

/sites/default/files/styles/responsive_low_constrict/public/interview-michael_meranze.png?itok=av9Wjq_9
mai, 2020

Entretien / Michael Meranze

Michael Meranze est professeur d’histoire et président du sénat académique de l’Université de... Lire la suite
/sites/default/files/styles/responsive_low_constrict/public/news-budget_watchdog_says_uk_education.png?itok=u4qSOOk8
mai, 2020

Actualités / Le secteur de l’éducation du Royaume-Uni le plus durement touché par la COVID-19

L’Office for Budget Responsibility du Royaume-Uni prévoit que le secteur de l’éducation — plus... Lire la suite
/sites/default/files/styles/responsive_low_constrict/public/lead_image-empty_lecture_hall_mayjune2020.png?itok=7lkUE1_D
mai, 2020

Impact du coronavirus sur les campus

Comme la plupart des rues de nos villes les campus des universités et collèges du pays sont... Lire la suite