Back to top

Souvenir des archives du Bulletin / Bulletin de l’ACPPU septembre 2008

Souvenir des archives du Bulletin / Bulletin de l’ACPPU septembre 2008

La ministre de l’Éducation s’immisce dans le recrutement à l’Université Memorial

Les choix du comité de sélection pour le poste de recteur seraient inacceptables.

Une ingérence sans précédent du gouvernement de Terre-Neuve-et-Labrador dans la recherche d’un nouveau recteur pour l’Université Memorial depuis un an est une menace pour l’autonomie de l’établissement et la liberté académique de son personnel, affirme l’ACPPU.

La ministre de l’Éducation Joan Burke a déclenché une cascade de démissions, d’accusations et d’affirmations divergentes après avoir rejeté sommairement, au grand étonnement des participants au processus de recrutement d’un recteur, deux des meilleurs candidats recommandés par le comité de recrutement de l’Université composé de 18 membres.

Le comité, formé en mai 2007 pour trouver un remplaçant à l’ancien recteur Axel Meisen, compte des professeurs, des étudiants, des membres du comité universitaire et des représentants du public et du monde des affaires.

L’ACPPU a écrit à Mme Burke pour lui demander de la rencontrer afin de discuter de son implication. Pour bien remplir leur rôle, les universités ne doivent subir aucune influence politique ni pression extérieure, précise l’ACPPU dans sa lettre du 30 juillet, laquelle qualifie également le geste de Mme Burke d’« effarant » et de « très préoccupant ».

Le président de l’association des professeurs de l’Université Memorial Ross Klein a déclaré que son comité de direction envisagera de demander une enquête de l’ACPPU si la rencontre avec Mme Burke n’a pas lieu d’ici le début de septembre. Une sanction de blâme pourrait en découler, laquelle compromettrait les chances de l’université d’attirer non seulement un recteur, mais de nouveaux professeurs.

« Il est temps pour le gouvernement de s’excuser pour ce qu’il a fait, a déclaré Ross Klein. Si le gouvernement s’immisce directement dans le processus de sélection d’un recteur, il pourrait aussi s’immiscer dans d’autres activités et processus de l’université. La perte d’autonomie constitue une grave menace pour la liberté académique. »

__________________________________
Pour lire l’article complet publié dans le Bulletin de l’ACPPU septembre 2008, veuillez visiter www-archive.caut.ca/fr.

En relation

/sites/default/files/styles/responsive_low_constrict/public/bythenumbers-background_2.png?itok=ggk0cjIq
/sites/default/files/styles/responsive_low_constrict/public/mayjune2021bulletin-graphic-864x386.png?itok=rfiUjI7O
mai 2021

Bulletin de l'ACPPU – mai-juin 2021

Télécharger la version intégrale Lire la suite
/sites/default/files/styles/responsive_low_constrict/public/council-highlights-brendaaustin-rev.png?itok=4peGAatd
mai 2021

Points forts du Conseil de l’ACPPU / Nouvelles

Sanction de blâme contre l’administration de l’Université de Toronto concernant la controverse... Lire la suite