Back to top

Gouvernance partagée

La concertation remise en question

Le concept de collégialité dans la gouvernance a été au coeur du fonctionnement des universités et ce, depuis des décennies.

La loi exige que les conseils d’administration des universités impliquent les différentes parties prenantes (personnel académique, administrateurs, étudiants et membres du public) dans leur processus décisionnel.

Ce principe de gouvernance est littéralement remis en question.

Les conseils de direction des universités et collèges ont été graduellement investis par des gens du milieu des entreprises dont les connaissances académiques des enjeux sont souvent déficientes. Les pouvoirs décisionnels sont désormais concentrés dans les mains d’une poignée d’individus qui œuvrent derrière des portes closes, affaiblissant par le fait même la voix du personnel académique et des autres gens du milieu universitaire, quand ce n’est pas littéralement en les réduisant au silence.

Cette situation est inacceptable. Le personnel académique doit se faire entendre maintenant !

Les solutions
sont évidentes...

Des conseils de direction accessibles à tous

Les institutions d’éducation publiques qui tiennent leurs conseils de direction à huis clos ne respectent pas leur devoir de transparence.

L’abolition des politiques de confidentialité

Les clauses de confidentialité empêchent les professeurs siégeant comme administrateurs de s’exprimer librement sur les décisions prises par le conseil d’administration. Leur liberté académique est ainsi compromise.

La suppression des codes de conduite abusifs

Les codes de conduite abusifs ont pour unique objectif de museler tout discours dissident, avec comme arme de répression des menaces légales.

L'état de la situation

Structures de gouvernance adéquates
Unique au sein des universités francophones
Structures de gouvernance déficientes
  • Université de la Saskatchewan

    • Les conseils des universités de la Saskatchewan et de Regina sont généralement plus réduits et leurs membres, rémunérés, ont une obligation de civilité et une forme d’obligation de solidarité.
    • L’Université de la Saskatchewan interdit aux représentants des étudiants et du personnel au conseil de participer à des manifestations et à des moyens de pression. La liberté académique du seul membre du personnel académique au sein du conseil est grandement limitée.
  • Université de Régina

    • Les conseils des universités de la Saskatchewan et de Regina sont généralement plus réduits et leurs membres, rémunérés, ont une obligation de civilité et une forme d’obligation de solidarité.
  • Université de Waterloo

    • Université située au centre du Canada, fortement axée sur la recherche.
    • La représentation du corps professoral est proportionnelle à la taille du conseil (~20 %).
    • Les libellés protègent le droit des membres internes à prendre part aux discussions et aux votes sur les frais de scolarité, les relations de travail et le financement.
    • Une garantie explicite de liberté académique est donnée aux membres internes du conseil, ou le libellé appuie la représentation des groupes et la communication avec ceux-ci.
  • Université de Toronto

    • Université située au centre du Canada, fortement axée sur la recherche.
    • La représentation du corps professoral est proportionnelle à la taille du conseil (~20 %).
    • Les libellés protègent le droit des membres internes à prendre part aux discussions et aux votes sur les frais de scolarité, les relations de travail et le financement.
    • Une garantie explicite de liberté académique est donnée aux membres internes du conseil, ou le libellé appuie la représentation des groupes et la communication avec ceux-ci.
  • Université McGill

    • Université située au centre du Canada, fortement axée sur la recherche.
    • La représentation du corps professoral est proportionnelle à la taille du conseil (~20 %).
    • Les libellés protègent le droit des membres internes à prendre part aux discussions et aux votes sur les frais de scolarité, les relations de travail et le financement.
    • Une garantie explicite de liberté académique est donnée aux membres internes du conseil, ou le libellé appuie la représentation des groupes et la communication avec ceux-ci.
  • Université de Montréal

    • Alors que, dans les universités francophones, le conseil tient généralement des réunions fermées au public, les membres du conseil de l’Université de Montréal représentant les différents groupes à l’Université ne sont pas tenus de se conformer à la politique de confidentialité de l’établissement. Ils peuvent donc consulter les groupes qu’ils représentent et leur faire rapport.
  • Université Laval

    • Les universités francophones préfèrent des réunions à huis clos, ce qui affaiblit la reddition de comptes et la transparence.
  • Université de Sherbrooke

    • Les universités francophones préfèrent des réunions à huis clos, ce qui affaiblit la reddition de comptes et la transparence.
  • Université Bishop’s

    • Université située au centre du Canada, fortement axée sur la recherche
    • La représentation du corps professoral est proportionnelle à la taille du conseil (~20 %).
    • Les libellés protègent le droit des membres internes à prendre part aux discussions et aux votes sur les frais de scolarité, les relations de travail et le financement.
    • Une garantie explicite de liberté académique est donnée aux membres internes du conseil, ou le libellé appuie la représentation des groupes et la communication avec ceux-ci.
  • Université Memorial de Terre-Neuve

    • L’Université Memorial est la seule université canadienne dont le conseil d’administration ne compte aucun représentant du personnel enseignant – cette représentation est un pilier de la gouvernance collégiale.

L'état de la situation

Structures de gouvernance adéquates

Université de Toronto, Université Bishop’s, Université McGill et Université de Waterloo

  • Université située au centre du Canada, fortement axée sur la recherche
  • La représentation du corps professoral est proportionnelle à la taille du conseil (~20 %).
  • Les libellés protègent le droit des membres internes à prendre part aux discussions et aux votes sur les frais de scolarité, les relations de travail et le financement.
  • Une garantie explicite de liberté académique est donnée aux membres internes du conseil, ou le libellé appuie la représentation des groupes et la communication avec ceux-ci.

Structures de gouvernance déficientes

Université Memorial de Terre-Neuve

  • L’Université Memorial est la seule université canadienne dont le conseil d’administration ne compte aucun représentant du personnel enseignant – cette représentation est un pilier de la gouvernance collégiale.

Université de la Saskatchewan et Université de Régina

  • Les conseils des universités de la Saskatchewan et de Regina sont généralement plus réduits et leurs membres, rémunérés, ont une obligation de civilité et une forme d’obligation de solidarité.
  • L’Université de la Saskatchewan interdit aux représentants des étudiants et du personnel au conseil de participer à des manifestations et à des moyens de pression. La liberté académique du seul membre du personnel académique au sein du conseil est grandement limitée.

Université de Sherbrooke et Université Laval

  • Les universités francophones préfèrent des réunions à huis clos, ce qui affaiblit la reddition de comptes et la transparence.

Unique au sein des universités francophones

Université de Montréal

  • Alors que, dans les universités francophones, le conseil tient généralement des réunions fermées au public, les membres du conseil de l’Université de Montréal représentant les différents groupes à l’Université ne sont pas tenus de se conformer à la politique de confidentialité de l’établissement. Ils peuvent donc consulter les groupes qu’ils représentent et leur faire rapport.