Back to top

Déclaration de l’ACPPU à l’occasion de la Journée nationale de commémoration et d’action contre la violence faite aux femmes

Le 6 décembre, l’Association canadienne des professeures et professeurs d’université commémore avec tous les Canadiens et les Canadiennes les événements tragiques et violents survenus à l’École Polytechnique de Montréal. Le 6 décembre 1989, un homme armé faisait irruption dans l’établissement, déclarait sa haine des féministes, faisait feu et abattait 14 femmes. Nous honorons la mémoire de ces femmes et rendons hommage à leurs familles et à toutes les victimes de violence et de menaces.

Malheureusement, 26 ans après cette horrible tragédie, la violence faite aux femmes continue d’être beaucoup trop répandue sur les campus canadiens. Plus tôt cette année, des menaces ont été proférées contre les féministes à l’Université de Toronto. La violence et le harcèlement sexuels sont toujours le lot des femmes ainsi que des étudiantes et des membres du corps enseignant issues des minorités. La violence et la misogynie portent atteinte aux droits humains, à la liberté académique et au milieu de l’enseignement et de l’apprentissage.

La violence sexiste prend racine dans la discrimination systémique, et il nous incombe à tous de la contrer. Nous devons ainsi agir ensemble pour changer les choses en faisant de nos campus des communautés inclusives, en dénonçant avec force la discrimination sous toutes ses formes et en soutenant les personnes qui signalent des actes de violence et de harcèlement. Nous devons par ailleurs faire respecter les pratiques et les principes d’équité en matière d’emploi, promouvoir l’égalité d’accès à l’éducation et intégrer des perspectives diverses dans la culture universitaire et collégiale.


Contact pour les médias

Angela Regnier, agente de communication de l’Association canadienne des professeures et professeurs d'université, 613-726-5186 (bureau), 613-601-6304 (cellulaire)