Back to top

La liberté académique aurait été flouée à l’Université de Calgary

L’Association canadienne des professeures et professeurs d’université (ACPPU) étudie des allégations de violation de liberté académique qui auraient eu lieu à l’Université de Calgary.

Selon une enquête de Radio-Canada, des universitaires de haut niveau affirment que la société Enbridge a exercé une influence indue sur les activités du Centre universitaire pour le développement durable à la suite d’un don.

L’ancien directeur de ce Centre affirme qu’il a été congédié après avoir soulevé des inquiétudes à propos de l’influence d’Enbridge sur le Centre et un autre chercheur a quitté pour protester contre le fait que l’Université n’a pas protégé la liberté académique.

« Les universités ont l’obligation de défendre activement la liberté académique de leurs professeurs, a dit le directeur général de l’ACPPU, David Robinson. Si les allégations sont vraies, l’administration de l’Université de Calgary aura à répondre de ses actes. »

M. Robinson a ajouté que cet enjeu serait discuté plus en profondeur au sein de l’ACPPU et que la tenue d’une enquête formelle est même envisagée.


Contact pour les médias

Angela Regnier, agente de communication de l’Association canadienne des professeures et professeurs d'université, 613-726-5186 (bureau), 613-601-6304 (cellulaire)